Le courrier des lecteurs: noix, fromage et perte de poids.

mb01J’aimerais connaitre l’impact du fromage et des noix (amandes, noix de macadamia, pistaches…) sur la perte de poids ? Car ni l’un ni l’autre ne sont des féculents et ne contiennent pas de sucre mais j’ai lu à plusieurs reprises qu’ils pouvaient freiner la perte de poids ? Est-ce qu’ils ont un impact négatif sur la santé et si oui, comment déterminer la quantité « raisonnable » qu’on peut intégrer dans sa diète paléo ? D’avance merci et bravo pour toutes les infos utilses que vous mettez à notre disposition ! 🙂

Justine

Bonjour Justine,

Le fromage et les noix sont deux cas très différents. Commençons par les noix (amande, noix, macadamia, brésil, cajoux, etc). Elles ont leur place dans un régime paléo mais en « quantité raisonnable ». En effet, elles sont d’une part très calorique (et in fine, une perte de poids est un déficit calorique, mais ce n’est pas forcément en mangeant moins qu’on l’obtient) et d’autre part riches en oméga 6 par rapport aux oméga 3. Consommées en grande quantité, elles vont, d’une part, empêcher ou limiter le déficit calorique et d’autre part, rompre le fragile équilibre oméga3/oméga6.
L’autre inconvénient des noix (consommées comme ça ou consommées en purée) est qu’elles font partie des « domino food », c’est-à-dire des aliments dont la consommation de l’un entraîne la consommation du suivant. Devant un sachet d’amande, il est souvent difficile de manger juste deux amandes, ou trois amandes.
Ma perte de poids sur le régime paléo s’est retrouvé à stagné par deux fois, une de ces deux fois était du à une trop grande consommation d’oliagineux (en particulier des amandes et des noisettes). Leur arrêt avait entraîné une reprise immédiate de ma perte de poids.
Contrairement à une idée reçue, la perte de poids n’est pas ue chose linéaire. Il faut sortir de l’idée perdre X kilos par semaine. Le corps aime l’homéostasie, c’est à dire conserver un point d’équilibre et se réguler autour de ce point. Tout le corps est conçu comme un système d’auto régulation et les progressions, dans tous les domaines (apprentissage, sport, …) se fait généralement par palier. Lorsque l’on atteint un palier, il ne faut pas abandonner (« ça ne marche pas ce truc, j’abandonne ») mais au contraire persévérer et chercher le petit truc qui vous fera passer au palier suivant (supprimer un aliment, ajouter une séance de sport, dormir plus…) ou parfois simplement attendre sagement. Le corps a besoin de ces paliers et il faut l’accepter.
Pour la question du fromage, Cordain le déconseille, étant un produit laitier, il ne pouvait être consommé par nos ancêtres. Sisson au contraire pense que l’on ne peut pas considérer le fromage comme mauvais à la santé (attention, on parle bien ici de fromage, pas de ça). Les deux problèmes des laitages sont le lactose (le sucre du lait) et la caséine (la protéine priincipale du lait). Or, la fabrication du fromage transforme le lactose et celui-ci n’est présent plus que sous forme résiduelle. De façon générale, plus le fromage aura vieilli, moins il contiendra de lactose résiduel. A moins d’être clairement intolérant au lactose, il n’y aurait pas de soucis de ce côté là.
Côté caséine, c’est très dépendant des personnes. La caséine peut entraîner une irritation de la paroi intestinale chez les personnes intolérantes, et c’est plutôt difficile à détecter. On peut donc considérer que l’on est, de ce poitn de vue, avec le fromage dans une zone grise: un produit extrèmement nutritif pour certains et plutôt néfaste pour d’autres, à cause de la sensibilité au lactose  et à la caséine.
De ce fait, je conseillerais de commencer en s’autorisant les noix (si l’on est capable de s’autogérer pour respecter les quantités) et le fromage. Si le poids stagne, essayer pendant une semaine de supprimer totalement l’un ou l’autre, puis le réintroduire voir si la consommation a un effet ou non. Encore une fois, le régime paléo, ce sont des grandes lignes communes à l’humanité, mais chacun a son propre patrimoine génétique. C’est comme pour les vêtements, le « one size fits all » ne va, bien au contraire, pas à grand monde.
Comme votre question était vraiment intéressante, je vais la publier dans le courrier des lecteurs. N’hésitez pas à me tenir au courant de votre progression!
A bientôt.
Julien
Advertisements
Cet article, publié dans Courrier des lecteurs, omega 3, perte de poids, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le courrier des lecteurs: noix, fromage et perte de poids.

  1. Anthony dit :

    Très intéressant. Quelle est selon toi une quantité « raisonnable » d’oléagineux ? Car j’en consomme le matin sous forme de purée d’amande (sur 4 tartines de sarrasin), et généralement un mélange d’amandes/raisins secs à 4h (l’équivalent de 2-3 poignées environ). Et parfois une poignée le soir en débauchant pour caler la faim si je dois faire une séance de sport ou que je sais que je mangerai tard.

  2. Ping : La Revue du Net Paleo #26 | Paléo Lifestyle

  3. Justine dit :

    La réponse m’intéresse car je mangeà peu près les mêmes quantités…j’avoue que je me rabat facilement sur les noix en compensation de l’arrêt de sucreries, c’est ça qui m’aide à faire la transition vers le paléo.

  4. Magda dit :

    Personnellement je m’abstiens d’en acheter ! En effet, j’adore les oléagineux et quand j’en achète, j’en mange, j’en mange… tant qu’il y en a…. et je prends du poids !

    Je n’ai pas vraiment l’habitude de manger du sucré, sauf les fruits. Donc, pas besoin de compenser.

  5. Ping : Adapter le régime Paléo pour les sportifs | Paléo Lifestyle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s