l’Alpha de l’Omega 3: Partie 4.

Suite de notre grande série sur les Oméga 3, dans les épidodes précédents, nous avons vu ce qu’était un oméga 3, nous avons vu l’importance de l’équilibre entre oméga 6 et oméga 3 et enfin comment changer son alimentation pour avoir plus d’oméga 3.

Aujourd’hui, nous allons découvrir qu’il existe plusieurs sortes d’oméga 3. Effectivement, les oméga 3 sont une famille d’acide gras. La grande famille des oméga 3 contient particulièrement l’ALA, l’EPA et le DHA.

  • ALA, ou acide alpha linolenique. C’est un acide gras court, composé de 18 carbones, que l’on trouve dans les plantes dites riches en oméga 3, comme le lin (c’est également celui que l’on retrouve dans la graine de chia). Cet acide gras ne peut hélas pas être directement utilisé par notre corps mais doit être transformé en EPA ou en DHA par un processus complexe. Le hic, c’est que cette conversion est plus ou moins efficace selon les individus, et donc, généralement, ALA ne sera pas une source suffisante pour combler l’ensemble de vos besoins en oméga 3. Ce mécanisme de synthèse a permis à nos ancêtres de survivre en période d’absence de meilleures sources d’oméga 3, mais l’on comprend bien que ce n’est pas une source optimale. Il faut cependant noté que pour les végétaliens, l’ALA sera le seul oméga 3 disponible, est qu’il est alors nécessaire de l’intégrer dans son régime alimentaire.

  • EPA ou acide eicospentaenoique est une chaîne de 20 carbones vitale pour le bon fonctionnement de notre métabolisme. Notre corps peut, comme nous l’avons vu plus haut, le synthétiser à partir de l’ALA, mais il peut être trouvé dans des aliments qui ont déjà au préalable réalisé ce travail de synthèse pour vous: boeuf élevé en paturage, poisson sauvage, … En plus de son utilisation pour construire les membranes des cellules, L’EPA a des propriétés anti-inflammatoire, liquéfie le sang en empêchant l’aggrégation des plaquettes et régule le phénomène d’angiogénèse (création de nouveaux vaisseau sanguin à partir de vaisseaux pré-existant, limitant ainsi la croissance des tumeurs malignes et la création des metastases cancéreuses). Bref, dites vous que l’EPA, c’est pas mal.

  • Le DHA ou acide docosahexaénoïque est une longue chaîne de 22 carbones, qui est elle critique dans le fonctionnement des tissus cérébraux, que ce soit du développement foetal jusqu’au reste de votre vie. Le DHA a des propriétés anti-inflammatoire et anti-tumeur similaire à l’EPA. Tout comme notre corps est capable de synthétiser du DHA à partir de l’ALA, il est capable de convertir le DHA en EPA et vice et versa. Cependant, il est préférable d’apporter directement à votre corps chacun de ces oméga 3. La principale source de DHA va se trouver dans le poisson gras sauvage (saumon, maquereau, etc)

Voilà, j’espère que cet article vous aura un peu éclairer sur ces barbarismes scientifiques. Nous continuerons notre petite aventure avec les oméga 3 dans les semaines à venir.

(sources des images: wikipedia)

Advertisements
Cet article, publié dans Céréales, Lipides, Nutrition, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour l’Alpha de l’Omega 3: Partie 4.

  1. Ping : La Revue du Net Paleo #30 | Paléo Lifestyle

  2. Ping : [Témoignage Paléo] « Accessoirement j’ai perdu 30 kilos au passage!  | «Paléo Lifestyle

  3. Ping : [Courrier des lecteurs] Oméga 3 sources animales et végétales. | Paléo Lifestyle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s