Arrêtez de réfléchir et agissez!

notpaleo02

C’est en lisant cet article de Mickaël Ferrari, auteur d’esprit riche, très bon blog (sinon le meilleur en Français) sur l’argent et le développement personnel,  que m’est venu l’idée de cet article. En effet, en lisant les commentaires et le nombreux courrier que l’on me soumet, je me rend compte que beaucoup de gens passent leur temps à s’informer, se poser des miliers de question mais n’agissent pas.

Lorsque j’ai découvert le régime Paléo, il y a plusieurs années, c’était un blog post de Robb Wolf, soit un simple texte de quelques pages expliquant le problème des céréales. Ai-je passé mes semaines suivantes à explorer tous les sites web traitant du sujet? Ai-je cherché à savoir si je pouvais consommé ou non des céréales sans glutten? Ai-je recherché combien de calories devais-je consommer par jour? Me suis-je demandé si telle ou telle denrée exotique était Paléo ou pas? Non, après avoir lu cet article, et avoir été relativement convaincu des arguments je me suis simplement dit: « faisons l’essai une semaine« . Au pire, j’aurai passé une semaine sans manger de pâtes et de pain (la base de mon alimentation à l’époque), il n’y aura pas mort d’homme.

Après la lecture d’un simple article (pas même un livre, pas même plusieurs), j’ai décidé de manger Paléo. Le soir même, j’ai commencé à manger paléo. Mon petit déjeuner du lendemain était à base  d’oeufs, mon déjeuner à base de viande et de légumes. Plus de pain, plus de dessert. Je n’ai pas commencé à manger paléo la semaine suivante, ou après les fêtes, ou après les vacances, ou quand je serai sûr que ce n’était pas dangereux. Lorsque j’ai commencé, j’avais des doutes, je ne pensais pas que l’on pouvait vraiment se passer de pain ni de quantité suffisantes de glucides. Pourtant, je l’ai fait. Pourquoi? PArce que je n’avais pas grand chose à perdre et beaucoup à y gagner.

Il est clair qu’à l’époque, mon régime paléo était loin d’être parfait. Je consommais encore pas mal d’aliments qui n’étaient pas paléo, je n’avais pas le meilleur équilibre entre les produits animaux et les produits végétaux, je mangeais sûrement beaucoup trop de fruits par rapport aux légumes. Bref, je suis sûrement passé par toutes les erreurs classiques. Mais ce dont j’étais sûr:

  1. C’était mieux que de ne rien faire
  2. Je mangeais sûrement mieux qu’avec mon alimentation précédente riche en sucre.
  3. J’aurais très vite l’info crucial dont j’avais besoin: est-ce que le régime paléo fonctionnerait pour moi.

Surtout, en agissant, j’obtenais une source d’information que ne pouvait m’apporter aucun livre, aucun site internet et aucun blog: comment mon corps réagissait à ce nouveau mode d’alimentation.

On nous apprend souvent qu‘il faut réfléchir avant d’agir. Le problème, c’est qu’à réfléchir trop, on n’agit jamais. La réflexion doit se limiter souvent à savoir si l’on prend un gros risque ou non. Dans la vie personnel comme professionnel, on fait souvent le choix de ne pas agir est cela est souvent une erreur. Agissons d’abord,  après, si on se trompe, il sera bien temps de corriger le tir (et d’agir une seconde fois). Et par la même occasion, on aura appris que ce que l’on a fait n’était pas la meilleure solution, on a appris un résultat pratique, pas quelque chose de théorique que l’on appliquera jamais. En agissant, même en ne prenant pas la bonne décision, on capitalise pour la suite, notre vie est longue et l’on aura le temps de corriger un acte qui n’est pas irréparable.

Ensuite au fur et à mesure de mes lectures et de mes expériences personnelles, j’ai amélioré énormément mon alimentation. Mais le plus important, c’est que j’ai appris dix fois plus et dix fois mieux que si je n’avais jamais agit. Lorsque vous appliquez ce que vous lisez, vous assimilez beaucoup plus qu’en lisant un bouquin qui finira comme tant d’autres sur une étagère.

Alors, faîtes vous partie des gens qui n’agissent jamais? Qui ont déjà lu les 150articles de ce blog, lu tous les livres et explorer le net paléo en long en large et en travers mais qui continuent de manger leurs céréales au petit déjeuner en attendant d’être sûr? Ou faîtes vous partie des gens qui agissent, qui ont déjà commencer à prendre en main leur vie et leur santé et qui améliorent petit à petit leur alimentation, jour après jour, semaine après semaine. Sur le long terme, la différence de style de vie entre les premiers et les seconds est flagrante. Les seconds ont sensiblement amélioré leur style de vie, bien au delà de l’alimentation et même s’ils ont commis des erreurs en chemin. Pour les gens qui n’agissent jamais, il ne le reste, quant à eux, comme le dit si bien Mickael qu’à:

  • Se plaindre (c’est la faute de [mes parents, mon patron, la société, le gouvernement, mes collègues, Ronald McDonald] qui m’obligent à manger de la junk food plutôt que de prendre leur responsabilité. 
  • et Critiquer (que se soit autour de la machine, en envoyant à moi et Johanne un mail d’insulte – si si on en a reçu de très sympa, ou en soulignant un « s » manquant dans un article écrit trop tard – sans par contre jamais s’attarder sur le fond).

Quoiqu’il arrive, vous ne serez JAMAIS assez informé pour commencer un régime paléo. Ne pas être assez informé est une excuse pour ne pas agir et non une raison pour ne pas agir. Faîtes un premier pas, une première action dans le bon sens, constater les résultats, rectifier le tir et recommencer. Ce n’est pas plus compliqué que cela, ne viser pas la perfection, juste le un peu mieux. Bref, qu’allez vous manger ce soir?

Advertisements
Cet article a été publié dans Paléo pratique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Arrêtez de réfléchir et agissez!

  1. Christine dit :

    Merci Julien, super analyse.
    Suite à mon message d’hier sur mes difficultés à me lancer, j’ai eu l’impression que cet article était écrit pour moi.
    Plus d’excuses et arrêtons de procrastiner !!!

  2. Dorothée dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ton article Julien ! Pour ma part, j’ai commencé le régime paléo après avoir lu « le modèle paléo » que j’ai trouvé tellement logique… Je me suis lancée à 100% juste avant les fêtes en me disant, si je ne passe pas ce cap je n’y arriverai jamais, et c’est d’autant plus stimulant. Rien ne vaut la pratique.

    • Julien dit :

      Effectivement démarré tout de suite était le bon choix, même si vous avez mangé en faisant des écarts pendant les fêtes! Sinon, ce sont les excuses qui vont s’accumuler pour commencer, après les fêtes ce sera la galette des rois, la chandeleur, Pâques, les glaces l’été etc. A chaque fois ce sont des excuses pour se justifier et se donner bonne conscience plutôt que de commencer à changer.

  3. Magda dit :

    Je suis entièrement d’accord avec ton article, Julien. D’ailleurs, avant paléo, il y avait le régime ancestral du Dr Seignalet, un peu oublié… et donc, perso, j’ai commencé à suivre ce régime ancestral en 2002. Ca me fait donc en tout 11 années plus ou moins parfaites et un bon recul pour confirmer que je me porte plutôt mieux qu’il y a 11 ans.

    Par ailleurs, concernant les écarts, on ne peut pas vous forcer d’avaler quelque chose que vous ne voulez pas avaler.

    Je sais qu’il est difficile de refuser la tarte de la BM…;)

    • Julien dit :

      Trs bonne remarque Magda. Quand on fait un cart, on fait le choix de faire un cart. Le « je n’avais pas le choix » est faux. Personne n’a jamais mis un pistolet sur la tempe de quelqu’un pour qu’il mange du Nutella! On a toujours le choix. Je fais moi-mme des carts de temps en temps, v’est un choix que j’assume compltement. Je ne culpabilise pas car j’ai pleinement conscience de ce que je fais.

      Dire je n’avais pas le choix, c’est une fois de plus se chercher des excuses plutt qu’assumer ses choix.

      • Magda dit :

        En même temps, Julien si l’on est invité on peut difficilement refuser un plat « off paléo » ! J’essaie au moins limiter, mais je fais quelques écarts de temps en temps. On a du mal à se faire comprendre…. J’ai des ami(e)s médecins et ce sont les 1ers à dire ce « tout ce battage autour de la nourriture c’est de la bêtise »…Ils préfèrent de prendre un médoc !

      • Julien dit :

        Ce que je veux juste dire, c’est qu’effectivement, il y a la pression sociale, les circonstances, etc. mais qu’in fine, c’est toujours un choix que l’on fait et que l’on doit assumer et ne pas dire « ce n’est pas ma faute ». C’est plus un tat d’esprit avoir.

      • Magda dit :

        Tout à fait. Mais si l’on est amené à faire un écart, tant pis, il ne faut pas culpabiliser pour autant. C’est un état d’esprit, mais il ne faut pas que le paléo conduit vers une désocialisation.

        Et perso, quand c’est moi,qui reçoit, tout ce qui est servi est paléo… et il faut voir comment ils s’y précipitent on dirait des Cromagnons !!!

  4. Djamal dit :

    Bonjour Julien

    Excellent article!

  5. Ping : La Revue du Net Paleo #35 | Paléo Lifestyle

  6. Helene dit :

    J’ai l’impression d’etre visee…
    Remarque, ma mere etait pire que moi: lorsque je m’interrogeais sur les etudes que j’aurais aime faire, vers 12-16 ans, elle me repetait sans arret ‘Impossible, c’est trop tard, tu n’es pas preparee: le violon, il aurait fallu commencer a 3 ans, tu as commence a 6 ans seulement, c’est trop tard’ (alors que j’avais le niveau pour faire le Conservatoire), idem ‘les etudes de medecine ou la premiere S, il aurait fallu ‘decider’ a 6 ans au plus tard, mais a cet age la tu disais que tu voulais faire violoniste ou veterinaire, donc il est trop tard’. C’etait pareil pour tout: impossible de partir en vacances ou en weekend parce qu’il aurait fallu des mois, voire des annees de preparation (comme pour une expedition a la Shackleton), un aller-retour a Paris par le RER etait ‘une expedition’, et meme un deplacement au supermarche demandait des heures de preparation, avec listes biffees et rebiffees…. qu’elle finissait toujours par egarer.
    Avec l’age, j’ai plus d’assurance, et me jette plus volontiers a l’aventure, meme si je n’irais pas jusqu’a prendre un billet aller-retour pour l’Inde en me disant ‘je verrais bien sur place’. En revanche, l’experience m’a appris qu’il y a un domaine ou cela paye d’etre tres proactif: c’est la recherché d’emploi. Je n’attends plus que la situation se deteriore (licenciements, arrivee de ‘petits chefs’) pour consulter les annonces et contacter les agences de recrutement. C’est une attitude tres mercenaire, mais vu la maniere dont on est traite par les employeurs la ou je suis… Avant j’essayais de rester le plus longtemps possible dans une entreprise, pour avoir un ‘bon’ CV, au prix d’enorme stress, et bien sur sans pouvoir faire de projets de weekends ou autres, vu que je m’attendais a etre licenciee a tout moment. Maintenant c’est moi qui claque la porte!

    • Magda dit :

      LOL, Helène tu m’as fait rire ! Non, je sais que ce n’est pas drôle… mais si je compare avec moi-même (j’ai 60 ans) je suis capable de prendre un avion du jour au lendemain pour aller régler des choses dans un autre coin d’Europe !

      Et quand au choix d’un métier, figure toi que j’ai changé du tout au tout à 34 ans, échangeant un métier de maquilleuse de cinéma contre celui d’une informaticienne, comme çà, tout en suivant des cours du soir…

      N’oublie surtout pas que LA VIE c’est ICI ET MAINTENANT. Pas il y a 10 ans, ni dans 10 ans, on sera peut être tous morts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s