Pourquoi on échoue? – Partie 1 – Le principe du 80/20.

soleil

L’été approchant (quoique, vu le temps dans l’haxagone, on pourrait en douter), on se fixe de nouvelles et bonnes résolutions pour briller sur la plage cet été et rendre jalouse les autres filles se pavanant sur la croisette, ou pour bien gonfler les abdos pour faire son intéressant au bord de la piscine du camping de Palavas les flots ou du Sofitel de Bora-bora. Donc on fait attention à son alimentation qui était un peu trop partie en live au cours d’un hiver qui a duré neuf mois et on renouvelle son abonnement au club med gym pour un an et cette fois, on se le jure, on y va!

Et pourtant, l’entrain que l’on met les premières semaines a la fâcheuse tendance à s’amoindrir au fil des semaines. Les bonnes résolutions que l’on s’était fixé, comme en Septembre à la rentrée des classes, après une saison de crèmes glacées et de Mojito qui a laissé des traces, ou en janvier après la post-overdose des fêtes (vous savez cette période pleines de bonnes résolutions entre le 2 janvier et la première galette des rois – lorsque ce blog a battu son record d’affluence).

C’est souvent durant cette période où l’enthousiasme du début s’efface (que Seth Godin appelle the Dip), que la plupart des gens abandonnent: le rivage est encore assez loin, et les bras commencent à faiblir: c’est la période entre le 30eme et le 35eme km au marathon, c’est lorsque l’on arrive à la moitié de sa thèse, c’est lorsque l’on entâme un régime et que le corps commence à s’habituer à la nouvelle façon de s’alimenter.

Et c’est là qu’il faut savoir s’accrocher pour réussir, lorsque l’on atteint un « plateau », lorsque nos efforts soudain ne payent plus instantanément. On croit souvent que la progression est linéaire. Que les résultats sont obtenus à la hauteur des efforts consentis. C’est, le plus généralement l’inverse qui arrive: le monde n’est pas linéaire, il est irrégulier, vois même chaotique: c’est le principe de Pareto:

20% de vos efforts apporterons 80% de vos résultats

80% de vos efforts apporterons 20% de vos résultats.

Lorsque l’on démarre un régime Paléo, que l’on commence à apprendre le piano, que l’on apprend une nouvelle langue, contrairement à une idée reçue, l’effort consenti au départ est faible. On mange juste un peu mieux, on refait du sport, on fait quelques changements, on apprend certaines bases, on apprend quelles touches donnent quel son, on apprend quelques tournures de phrases que l’on apprend très vite, bref, on fait les 20% d’efforts qui vont donné les premiers 80% de résultats. On passe du niveau zero au niveau 10 avec très peu d’effort ajouter à un enthousiasme des plus fou.

Sauf que c’est ensuite que les choses se compliquent, quand l’enthousiasme du début s’estompe, quand le corps commence à s’adapter à une nouvelle façon de s’alimenter, quand il faut commencer à apprendre la grammaire et le solfège. Là, on commence la longue traversée du désert. On perd du poids moins facilement, on a l’impression de rabâcher toujours les mêmes gammes sans progresser, on arrive toujours pas à passer cette satanée barre de 100kg. On arrive dans la zone où les changements initiaux, qui apportaient de gros résultats ont été réalisés. On entre dans la zone « incrémentale » où il faut, petit à petit, grapiller pour continuer à avancer, continuer à ramer tranquillement  atteindre le rivage. Bref, il va falloir faire beaucoup d’efforts qui payent peu, en tout cas beaucoup moins que les premiers.

C’est un point que l’on ignore, ou que l’on cherche à cacher, mais il est bien plus facile de perdre 30 kg que d’en perdre 2 kg. Il est bien plus facile de passer de 20% de masse grasse à 10% de masse grasse que de 10% à 7%. Le résultat n’est pas proportionnel à l’effort, et en avoir conscience. Rétrospectivement, les efforts et la connaissance du corps humain qu’il m’a été nécéssaire pour passer de 85 kg jusqu’à 66kg était infiniment plus faible que ceux qui me permettent, aujourd’hui encore, de continuer à mincir et à construire de la masse musculaire.

Advertisements
Cet article a été publié dans Paléo pratique, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Pourquoi on échoue? – Partie 1 – Le principe du 80/20.

  1. Stéphane dit :

    Très très juste et il est bon de faire le point la dessus, merci! J’en suis la justement, bien dégrossis après 4 mois de Paléo et de kettlebell, le corps à perdu le surplus de gras accumulé ces dernières années d’excès et ce trouve bien comme ça. Sauf qu’il reste encore du gras autour des muscles et l’objectif parait encore loin avec le ralentissement de ces deux dernières semaines. Heureusement, grâce au blogs sur le sujet très bien documenté il est facile de ce faire une raison et de continué inlassablement (ou presque) vers l’objectif tans convoité, la plaque de choc!
    Vivement le 2ème article et merci pour le partage.

  2. Emmanuelle dit :

    Après environ 2 mois de régime paléo à la maison, mon homme a perdu un peu plus de 6 kgs, moi je ne sais pas (je ne me pesais pas) mais mes vêtements parlent pour moi, la ceinture aussi. La baisse de forme de l’après-midi a disparu, je ne sens plus empâtée, nos corps se « resserrent » autour du muscle. Le pain ne nous tente plus, les desserts sucrés non plus. Je ne cuisine plus rien à base de farine, nous avons réintroduit plus de produits animaliers qu’avant (nous étions concentrés sur légumes / céréales ou pâtes, pain, fruits, tendance végétarienne sans que ce soit dogmatique, nous ne nous interdisions pas la viande). Le changement est simple et ce qui nous paraissait a priori difficile à supporter (la suppression du pain)…ne l’est finalement pas. Nous n’avons pas non plus de cheat day, ou alors il est très léger… Notre fille aînée s’y est mise aussi, elle a 17 ans. Gageons que ces bons principes lui soient acquis pour sa vie d’adulte. Je connaissais la règle des 80/20, et je crois que la persistance de ce mode de vie vient aussi du fait que les bienfaits ne concernent pas seulement le poids et/ou l’esthétisme. Le goût se modifie aussi, j’étais un bec sucré qui en 8 semaines ne l’est plus…
    Merci pour ce blog qui a été le déclencheur.

  3. Magda dit :

    Mais comment peut-on échouer ? J’ai commencé il y a 10 ans et je n’ai jamais eu un seul doute. Il m’est arrivé d’interrompre le paléo, surtout pour des rasions professionnelles, quand je mangeais 3x/jour au restaurant par exemple. Mais sinon, personellement je trouve que de manger paléo est bien meilleur que les autres manières de se nourrir. Et rien ne me manque. Le sucre, je l’ai éliminé il y a presque 15 ans, quand je pesais 20 kg en trop.

    Par contre, le paléo ne me fait pas spécialement maigrir, même avec du sport. Pour vraiment maigrir, je dois restreindre les quantités… et ça c’est autre chose, car j’ai tout le temps faim.

    • Julien dit :

      Pour maigrir, il faut, in fine, créer un déficit calorique. En général, le fait de suivre un régime paléo suffit à perdre de la masse grasse. Pour de multiples raisons, ce déficit calorique peut ne pas avoir lui et l’on stagne.

  4. Audrey dit :

    J’ai commencé le paleo il y a 3mois et je mange très souvent dans la journée…. Je me demande si ça « colle » avec le régime paleo…. Généralement, je prends un petit dej´, un snack dans la matinée, un repas, un snack dans l’Apres midi et un repas le soir… Ce n’est pas trop??

    • Julien dit :

      Il n’y a pas de règles sur le nombre et la répartition des repas dans un régime Paléo. C’est logique, l’homme s’est adapté pour manger selon un planning varié et ne vas pas mourir automatique s’il ne déjeûne pas à 12h00.
      L’autre question qui est sous-entendu est: « est-ce que je mange trop? », là, mon point de vu est qu’à moins d’être dans une optique de perte de masse grasse et d’atteindre un plateau, cette question ne se posse pas vraiment. Si notre régime est basé majoritairement sur les protéines animales et les légumes, il est très difficile de manger trop, tout simplement parce que la satiété est atteinte très vite (cela peut même devenir un problème pour les sports pratiqués de manière intensive, d’ailleurs). Faire 5 repas par jour ou plus n’est pas très choquant.

      • Magda dit :

        Je me demande Julien, comment ais tu pour atteindre la satiété très vite ? Parce que moi, je peux manger tout le temps….

      • Julien dit :

        Peut-être faut-il regarder du côté de la répartition macronutriment: trop de lipides et de glucides venant des fruits, pas assez de légumes et de protéines. Tout dépend aussi de l’activté physique que vous pratiquez, c’est assez difficile de répondre dans l’absolu.

  5. BarbWoz dit :

    J’atteins la fin de mes premiers 20% d’efforts.
    Je me prépare à entamer les 80% restants.

    Je stagne, mon ventre regonfle et j’ai repris 1 kg. Le moral en a pris un coup ce matin.

    Me ressaisir, oui, mais c’est très empirique…

    Mais, pas découragée pour autant.

    En route pour les 80%…;-((

    Je plaisante, je sais que tout se joue sur le long terme et que le grand succès de mon 1er mois de paléo ne pouvait pas être éternel.

    Vivement la 2ème partie de l’article, je crois que j’en ai besoin !!

  6. Ping : La Revue du Net Paleo #36 | Paléo Lifestyle

  7. Ping : Pourquoi on échoue? - Partie 1 - Le prin...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s