L’effet Marshmallow

Vous connaissez peut-être déjà cette vidéo.

Le principe, on propose à des enfants le marché suivant: ils ont devant eux un marshmallow et deux choix:

  • Soit ils peuvent le manger tout de suite
  • Soit ils peuvent attendre, et en avoir un deuxième s’ils se retiennent de manger le premier. 

Outre l’amusement de voir les enfants hésitez devant ce choix cornélien, et l’intense frustration sur leur visage, se torturer. Ce qui était très intéressant, c’est que lors de l’expérience originale de l’université de Stanford, comme il avait été rapporté dans une vidéo de TEDx, c’est que les enfants qui ont attendu pour avoir le second marshmallow ont généralement mieux réussi leurs études et leur vie professionnelle que ceux qui ont mangé le premier Marshmallow. 

Cette expérience a révélé une qualité indispensable au succès, la capacité à reporter un plaisir pour obtenir un plaisir plus grand, la « delayed gratification ». 

Pourquoi je vous parle de cela, parce que je pense que c’est un point important à avoir dans son état d’esprit si l’on souhaite manger paléo, ou que l’on mange paléo:

Manger Paléo n’est pas facile. Aujourd’hui, dans notre environnement, il est bien plus facile de ne pas manger paléo. 

  • Il est plus facile d’acheter un plat préparé que de le préparer soit même.
  • Il est plus facile de gérer des stocks de pâtes que des stockes de légumes frais
  • Il est plus facile d’attraper un sandwich le midi à la boulangerie du coin que de se préparer un repas Paléo le matin à emporter. 
  • Il est plus facile de se réchauffer une pizza au micro-onde quand on rentre à 22heures que de commencer à éplucher les légumes.
  • Chez des amis, il est plus facile de plonger dans le paquet de chips que de ne rien manger ou encore, il est plus facile d’accepter de manger les lasagnes bolognaises que de les refuser poliment. 

En écrivant ce blog, j’ai toujours voulu ne pas vous mentir. Manger Paléo, dans un environnement non Paléo, c’est difficile. C’est parfois même très difficile. 

Manger paléo, c’est préférer une satisfaction à moyen et à long terme plutôt qu’un satisfaction immédiate:

  • c’est préférer rentrer dans un 36 ou un 34 plutôt que de manger un steak frite mayo tous les midis.
  • c’est préférer avoir plus d’énergie chaque jour plutôt que de manger des pizzas surgelées le soir. 
  • c’est préférer avoir une santé de fer plutôt que de manger de la crème glacée tous les jours.

Beaucoup de chose dans la vie dépend de votre capacité à renoncer à une satisfaction immédiate contre une satisfaction plus grande dans le futur:

  • tout dépenser chaque mois ou économiser et d’investir
  • rester avachi sur le canapé le soir ou aller faire du sport.
  • s’entraîner à intensité modérée ou à haute intensité.
  • surfer sur meetic ou prendre son courage à deux mains et d’aborder une fille dans un lieu public.
  • Dans le milieu du travail, dire oui à tout le monde ou gérer ses priorités.
  • Sortir en boîte ou réviser ses partiels. 

Dans tous les domaines de la vie, on trouve ce schéma où renoncer temporairement à un plaisir immédiat entraîne la capacité d’obtenir une satisfaction bien plus grande (santé, finance, carrière, vie de couple) à terme. ET bien entendu, il en est de même pour quelque chose d’aussi fondamental que l’alimentation.

 

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour L’effet Marshmallow

  1. Magda dit :

    J’aime vraiment cet article. Rien à ajouter.

  2. Isabelle dit :

    Merci beaucoup pour cet article! Exactement ce que j’avais besoin pour me maintenir sur la bonne voie.

  3. frankie dit :

    Bravo ! Je vais vite l’envoyer à mes filles !!!

  4. Excellent article et bon parallèle avec la vraie vie. On se retrouve tous dans les exemples cités. Je vais partager ça.

  5. Maman Paléo dit :

    Ah mais c’est tout à fait ça! Chez moi ce n’est pas mon alimentation qui a le plus changé mais ma façon de m’organiser au quotidien ET SURTOUT ma façon de regarder mon quotidien en face. Le gain que j’en tire? Etre beaucoup moins sujette à la pression agro alimentaire et un sentiment de liberté bien solide.
    Merci pour ces petites listes très réelles pour moi!

  6. Alex dit :

    « plus facile d’accepter de manger les lasagnes bolognaises que de les refuser poliment »: on touche vraiment là le côté anti-social des régimes dogmatiques amha … La nourriture n’a pas qu’un aspect nutritionnel mais aussi social … refuser un plat qu’une personne vous aura fait avec bon coeur est à mon sens égoïste. Et ce sont ce genre d’attitudes qui font qu’on casse une habitude alimentaire et créé des effets yoyo …

  7. CécileD dit :

    Très bon article mais on attend le suivant !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s