Interview d’une Maman Paléo pour l’ouverture de son Blog.

Bonjour à tous, aujourd’hui, nous avons le plaisir de rencontrer Ilse, pour l’ouverture de son nouveau blog, Maman Paléo

Bonjour, pourrais-tu te présenter en quelques mots?

Maman Paléo

On peut manger Paléo en famille!

Bonjour,  je m’appelle Ilse, mais mon surnom sur la toile c’est Maman Paléo. Je suis franco-flamande; j’ai vécu en Belgique jusqu’en 2005, année à laquelle je suis partie vivre quelques mois au Japon.  Lors de mon retour en Europe, je me suis depuis installée en France. C’est ici que j’ai rencontré mon mari et que j’ai eu ma fille qui a maintenant six ans. Je vis en région parisienne, où je pratique plusieurs passions: Roller derby, tricot & crochet, lecture, vélo, Bollywood, tout y passe. Pour le moment je ne travaille pas, ce qui me permet de me plonger dans le mode de vie Paléo plus en profondeur; je lis, je cuisine, je blogue.

Comment as-tu connu le mouvement Paléo? Comment je le vis aujourd’hui?

Mes convictions en nutrition « conventionnelle » ont commencé à être remises en question lorsque j’ai entamé une formation de marraine d’allaitement qui a duré un an. Petit à petit, mes « valeurs sûres » et mes idées fixes commençaient à changer. En suivant le conseil d’un ami, pour aider mon mari à perdre du poids, j’ai acheté il y a quelques temps un livre de Michel Montignac. Dans son livre il explique les bases de la nutrition, en parlant calories, indexe glycémique et fonctionnement général de notre système digestif. Ses explications sont très sensées et faciles à comprendre et m’ont données naturellement envie de les mettre en place. Je ne cherchais pas la perte de poids, qui est le fond de commerce  de ses livres mais plus un fil conducteur pour une nutrition sensée. En effey, j’étais une maman et je ne savais pas me nourrir sainement…

Le mot « Paléo » m’est venu pour la première fois quand j’ai entendu deux coéquipières du Roller Derby en parler. Les deux sont maintenant des amies et nous formons le noyaux « Paléo » de notre équipe. Les principes décrits par Ernie me semblaient très extrêmes au départ. Pourtant, ils se sont alignés petit à petit à mes découvertes « santé » et « nutrition » que je faisais au quotidien. Et j’ai fini par adopter leur mode de vie alimentaire.

Maman paléo régime paléo roller derby

Le roller derby, la passion qui m’a emmené au régime Paléo

Au quotidien, le Paléo me fait beaucoup de bien physiquement mais si je suis honnête, ce qui me touche le plus sont les bienfaits mentaux. Je me sens tellement plus intelligente depuis que je suis ce mode de vie! J’ai maintenant l’impression d’avoir moi-même la responsabilité sur ma propre santé au lieu de devoir la déléguer à un médecin ou un nutritionniste voir pire un diététicien. La nutrition a repris la place importante qu’elle doit avoir  dans la vie d’un être humain.

Je suis en effet en meilleure forme, j’aime manger des asperges crues et des steak au petit déjeuner mais le plaisir Paléo va tellement plus loin. Maintenant je COMPRENDS ce que je fais et ça, ça n’a pas de prix. Wisdom is a weapon!

Pourquoi avoir créé ce blog, mamanpaleo?

Parce que je veux montrer au monde entier à quel point il est facile de ne pas être con. Si moi j’arrive à vivre sainement, avec mes contraintes familiales, tout le monde peut y arriver. Je veux garder mon blog très simple et focalisé sur le quotidien. Le Paléo, ce n’est pas « trop contraignant », « trop compliqué » et n’empêche pas le plaisir culinaire. Le Paléo c’est super simple, surtout avec un gamin. J’aime démontrer que forcer ma fille à manger un céleri « parce qu’elle doit manger cinq fruits et légumes par jour », au final, c’est crétin. Mais donner à ma fille le droit d’acheter peu importe quel légume, tant qu’elle le mange… et bien ça fonctionne bien mieux!

Quelques conseils pour le Paléo en famille

LA PATIENCE EST UNE VERTU Les enfants sont bombardés par des informations qui se contredisent et contredisent les principes Paléo: finir son assiette est important, manger moins gras c’est important, être gros c’est être moche, on n’a pas sa santé en main,… En tant que parent, on se bat contre bon nombre d’autorités et de lobbys. C’est dur! Mais on est toujours le papa ou la maman; notre parole a beaucoup de poids. Donner le bon exemple et prêcher la bonne parole, ça porte ses fruits. On ne voit pas les résultats le jour même mais c’est en plantant beaucoup de graines qu’on va avoir de jolis arbres!

TAISEZ-VOUS Limitez les interdits et les mises en garde. Donnez un couteau à votre enfant et montrez-lui comment s’en servir. Laissez-le choisir les légumes au marché. Permettez-lui de faire des expériences. Ma fille est en train de combiner tous les fruits et les légumes en ce moment; elle tente de voir qui sont des amis et qui sont des ennemis. Elle a découvert que le kiwi et la betterave rouge sont des amis mais que la banane et la carotte sont des ennemis. Comment a-t-elle découvert ça? En coupant des fruits et des légumes et en les mélangeant dans sa bouche…. C’est pas très propre ni très orthodoxe mais elle a découvert de nouvelles saveurs et elle a mangé plein de légumes. Je ne me plains pas!

RESTEZ FUN Vous n’êtes pas parfait et c’est tant mieux. Peu importe l’idéologie ou les choix de vie, la perfection peut mener vers l’extrémisme. Restez léger sur le sujet de la nutrition, du sommeil ou du sport. Tant que tous ces sujets restent agréables, vous aurez l’attention et la motivation de vos enfants.

Paléo enfants famille

Retrouver la Maman Paléo et tous ses conseils pour manger Paléo en famille sur son blog http://mamanpaleo.wordpress.com/

 

Publicités
Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Survivre à la folie de Pâques

eggnest

Bonjour à tous,

Juste un petit message pour tous les adeptes du régime Paléo. En ce week-end de Pâques, là où les chocolats fleurissent dans les vitrines jusqu’à l’overdose, difficile de savoir résister et de rester Paléo à 100%.

De même que pour les fêtes de Noël, la tradition de Pâques fait partie de la vie sociale, et l’homme préhistorique vivait en tribus, en communauté. Il est clairement préférable de faire un écart votre orthodoxie Paléo plutôt que de vous ostraciser. Profiter de ce week-end pour vous laisser un peu aller et profiter de ce moment en famille, surtotu si vous vous sentez frustré à l’idée de ne pas manger de chocolats.

Quelques petits conseils cependant:

  • Vous laisser aller à l’occasion du week-end de Pâques vous prouvera qu’un écart de temps à autre n’a qu’une influence minime sur votre santé et sur votre silhouette. C’est votre comportement quotidien qui déterminera vos résultats, par vos comportements exceptionnels. Pâques peut être l’occasion d’en prendre conscience. NE culpabiliser PAS, et observer que ce week-end n’aura finalement que peu d’impact sur le long terme.
  • Privilégier les chocolats de qualité et noir de préférence.  Comme toujours, la qualité devra prendre le pas sur la quantité. Vous y prendrez plus de plaisir et votre santé vous remerciera.

Joyeuses Pâques à tous!

Publié dans Uncategorized | Tagué , , | Laisser un commentaire

Apprenez à Itérer

paleo1Rome ne s’est pas construite en un jour.  Votre conversion au régime Paléo ne se fera non plus en plusieurs jours. C’est un changement fondamental d’alimentation et de mode de vie. Bien que je le présente comme un changement du jour au lendemain,i l m’a fallu plusieurs mois pour changer de mode de vie. Cela s’est fait par itération. Une des seuls méthodes qui marche pour atteindre n’importe lequel de vos but. L’itération a été popularisé par les méthodes agiles en informatique, mais elle sont applicables à chaque fois que vous voulez atteindre un but. L’idée de l’itération est la suivante: plutôt que de développer le logiciel parfait du premier coup, les développeurs préfère faire une première version, même très imparfaite, le plus rapidement possible, pour obtenir très vite des retours. A partir de ces retours, on améliore à la prochaine itération. Cette méthode  a montré ses preuves dans de nombreux domaines, y compris pour passer au régime Paléo. Au lieu d’être parfait du premier coup, essayer juste de vous fixer comme but de devenir meilleur. Au lieu d’essayer de manger 100% Paléo pendant une semaine et d’abandonner au bout de 15 jours parce que les cloches de Pâques sont passées, faites simplement du mieux que vous pouvez la première semaine, faîtes mieux la seconde, encore mieux la troisième, etc. De cette façon, vous atteindrez inévitablement votre but, peut-être moins rapidement (quoique), mais avec moins de risque d’échec définitif. Pourquoi avancer par itération est une méthode qui fonctionne? Il y a trois raisons principales:

  • Vous n’aurez pas peur de commencer. Si vous partez de très loin, faire un changement total (acheter ses légumes chez un producteur local, les cuisiner seuls, dormir huit heures, faire du sport) est plus qu’utopique. De plus, en attendant d’avoir toutes les infos nécessaires, vous reculez chaque jour la date pour commencer. Faire un pas simple, comme ajouter des légumes à chaque repas, ou remplacer l’huile de tournesol par l’huile d’olive, n’a rien d’effrayant et vous pouvez le faire dès aujourd’hui. C’est comme mettre de l’argent de côté. C’est effrayant de mettre 30% de ses revenus de côté et ça paraît impossible. Mais commencez par 1%, c’est possible et c’est un bon début.  Il faut aussi accepter le fait que vous pourrez échouer. Mais comme vous n’échouerez pas immédiatement, vous n’aurez pas peur de commencer. La peur de l’échec est souvent un frein au commencement.
  • En cas d’échec, vous serez moins déçu. Echouer fait partie du processus d’itération. C’est même l’un des principes, si l’on fait une erreur, c’est l’occasion de s’améliorer à la prochaine itération. Par exemple, pendant longtemps, j’ai consommé des légumes préparés. C’était un frein pour ma perte de poids et ma santé, c’était loin de l’idéal des légumes bio et locaux que je préparais moi même, mais c’était mieux que les patates sautés. Le passage de « je mange des légumes préparés » à « je prépare mes légumes » a été un changement simple à mettre en place, bien plus simple qu’un « je mange des frites » à « je mange les légumes que j’ai moi-même cultivé ».
  • Vous apprendrez plus. Il est sûrement plus facile de suivre les menus proposer par un livre ou un programme en ligne, mais en travaillant par itération, vous apprendrez plus sur le long terme. Vous connaîtrez les quantité, les rythmes, les aliments qui vous conviennent à vous.

Connaissant les bénéfices, voici comment vous y prendre:

  • démarrer tout de suite, pas demain, pas après les oeufs de Pâques: tout de suite. Même si tout ne sera pas parfait: le but est juste de manger mieux aujourd’hui qu’hier. N’attendez pas que tout soit parfait, ça ne le sera jamais.
  • ne vous investissez pas trop. C’est un marathon que vous courrez, pas un sprint. Chaque chose en son temps. Commencez par mieux manger, quand vos vous sentirez mieux, le reste suivra (sport, etc). C’est ce que vous améliorez aujourd’hui qui vous apportera l’énergie pour améliorer encore plus demain.
  • faîtes de votre mieux. Ce n’est pas parce que l’on est dans un processus itératif que que l’on se fixe des objectifs moins difficile qu’il faut être laxiste. Rien n’arrive gratuitement. Faîtes de votre mieux et soyez honnêtes avec vous même.
  • Soyez conscient que vous connaîtrez des échecs. Ce n’est pas du pessimisme. Moi-même, après plusieurs années, je connais des échecs. Je fais des écarts, les jours de fatigues, de lassitudes. Mais chaque échec est l’occasion de se remettre en question, d’améliorer les choses. L’échec fait parti du processus, il n’est pas définitif.
  • Apprendre. Chaque semaine, prenez quelques minutes pour vous poser la question. Qu’est-ce qui a marché, qu’est-ce que je pourrais améliorer? L’année dernière, par exemple, je m’approvisionnais principalement en magasin bio. Aujourd’hui, je m’approvisionne principalement en direct production, via la ruche qui dit oui ou via un producteur local de viande. J’ai appris que certains aliments, théoriquement bons (noix), ne sont pas adaptés pour moi.
  • Itérez-vite. Basez vous itération sur une base hebdo. Chaque semaine, faîtes votre bilan et trouvez une chose à améliorer. En fin d’année, c’est 52 améliorations que vous aurez mis en place. Et au total, vous serez allé bien plus loin que le « régime idéal » que vous imaginiez au début.

Alors, quel est le truc que vous allez mettre en place aujourd’hui? Partagez le dans vos commentaires et l’on fera le bilan la semaine prochaine!

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Paléo et Végétarien

Est-il possible de manger Paléo et Végétarien?
La première de nos règles de l’alimentation Paléo  est de manger des animaux: pas très compatible avec une alimentation végétarienne. C’est même tout le contraire du dogme végétarien! Cependant, allons un peu plus loin. Privilégier les sources de protéines animales ce n’est qu’une des façettes de l’alimentation paléolithique. Les autres mesures peuvent bénéficier à tous, même les végétariens:
  • En privilégiant une alimentation peu ou pas  transformée, l’alimentation Paléo retire une grande partie des aliments riches en acide gras hydrogénés qui sont un véritable poison pour l’organisme. De même, on retire une partie de l’apport en sucre et en oméga-6 en ne consommant plus de produit transformés. Indépendamment d’être ou non végétariens, la règles #5 bénéficie à tous.
  • Concernant la seconde règle (manger des fruits et des légumes), je crois qu’une grande partie des végétariens l’applique déjà au quotidien. Et s’il y a un principe sur lequel un quasi consensus existe, c’est biencelui-là. Même mangerbouger.com est d’accord.
  • Concernant la règle 3 (pas de céréales), celle-ci peut également bénéficier aux végétariens. En efet, en diminuant votre part de céréales, vous limiterez l’apport en oméga 6 et surtout en anti-nutriments. Applicable que l’on mange de la viande ou non. De plus, être végétarien ne vous permet pas de mieux digérer le gluten et les protéines assimilées.
  • Enfin, concernant  la règle 4 (pas de sucre raffiné), limiter les apports en sucre bénéficie à tous. En évitant les sucres raffinés de l’alimentation moderne, c’est les problèmes liés à l’insuline que vous éviterez.
Il faut savoir que beaucoup de tribus de chasseurs cueilleurs sont plus cueilleurs que chasseurs. Le spectre est large sur l’alimentation. Mais le résultat est toujours le même: absence de maladies occidentales, absence d’obésité. L’homme est capable de s’adapter à un très large spectre d’alimentation, allant du quasi végétarien au quasi carnivore.
Les deux problèmes pouvant apparaître en ayant une alimentation totalement végétarienne sont les suivants:
  • Un manque de protéines.
  • Une difficulté a avoir un apport calorique total suffisant.
Une façon de régler ce problème est d’incorporer à son alimentation des aliments qui sont non paléo mais pas ou peu nocifs pour la santé:
– fromages, faisselle
– légumineuses (avec trempage quand c’est possible)
– quinoa
– riz (de préférence sauvage)
– les algues marines
– du tempeh
– et bien sûr les oeufs, si vous n’êtes pas végétalien.
Il y a toujours la possibilité de compléter par des shaker de protéines.
Après c’est à adapter selon chacun. Un autre point sur lequel j’aime insister, c’est que souvent, l’aspect environemental et l’aspect bien-être animal est souvent important pour les végétariens, et que ses deux aspects sont autant au coeur de l’alimentation Paléo. Si l’on mange des animaux, on préconise des poissons issus de la pêche raisonnée (et non de l’élevage ou de la pêche intensive) et les viandes élevées en liberté (et non issues de l’agriculture intensive).
Publié dans Uncategorized | 5 commentaires

[Courrier des lecteurs] Quelques écarts?

mb01

J’aimerais savoir si on peut avoir des écarts de temps en temps sur le régime Paléo(mais quel genre d’écart et si oui de quel fréquence) ? Donc en gros, si un écart de temps en temps provoquerait un stagnement voir un retour en arrière ?

Martin

 

Bonjour Martin

Vous pouvez vous permettre quelques écarts. Soyons franc sur le sujet. TOUT le monde fait des écarts (à part les quelques peuples de chasseurs cueilleurs qui eux, n’ont pas d’autres choix que de manger PAléo). Nous vivons dans un monde où les tentations sont partout, il est normal de craquer.
Plutôt que de se croire superman et de penser manger 100% Paléo à 100% du temps à partir du 1er Janvier, car c’est votre bonne résolution de l’année, et d’abandonner dès le 5 Janvier avec la galette des rois (pour ceux qui respectent encore la tradition d’attendre le 5 janvier), il vaut mieux accepter que notre volonté est limitée, apprendre à s’organiser pour craquer moins souvent et que lorsque l’on craque, c’est vraiment pour se faire plaisir et non se goinfrer de quelque chose que l’on a pas envie. C’est vos mauvais choix quotidien qui vous ammène à grossir, pas le fait d’avoir craqué de temps en temps.
Il faut donc accepter que vous ferez des écarts, mieux je vous conseillerais même d’organisez vos écarts.
Une solution simple et efficace pour commencer est le cheat day. Vous choisissez un jour dans la semaine (le samedi par exemple) où vous vous permettez tout ce que vous voulez, les 6 autres jours, vous êtes 100% clean Paléo.
Nous en avons largement parler sur le site.
Après un cheat day, votre poids va beaucoup augmenter le lendemain (1 à 2 kg). C’est principalement de la rétention d’eau. Normalement 48 heures après vous retrouvez votre poids nominal. Si vous êtes sérieux et que vous contrôlez vos écarts, en les isolant dans la semaine (par un cheat day par exemple) ces derniers n’auront que peu d’impact sur votre perte de poids, et vous aiderons, moralement et physiquement au passage à l’alimentation Paléo.
Attention, par contre, c’est un cheat day par semaine max, pas 5 ;-). Il faut être honnête avec vous même.
PS: en général, nous avons remarqué que le cheat day convient mieux aux hommes qu’aux femmes. Amis lecteurs, vous confirmez? Laisser nous votre avis dans les commentaires.
Publié dans Uncategorized | 6 commentaires

2013 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Musée du Louvre accueille chaque année 8.500.000 visiteurs. Ce blog a été vu 180  000 fois en 2013. S’il était une exposition au Louvre, il faudrait à peu près 8 ans pour que chacun puisse la voir.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Arrêtez un peu avec la balance et vos kilos à perdre!

05011

 

Chers amis, aujourd’hui je voudrais vous parler de la balance, et de vos kilos à perdre. Dans notre courrier, nous recevons très souvent des lettres du type: j’ai xxx kilos à perdre. Le problème, c’est que lorsque l’on creuse un peu, on se rend compte que se cache bien souvent là derrière une mauvaise conception qui peut entraîner de vrais erreurs.

En effet, ce que l’on cherche à faire, ce n’est pas perdre des kilos, c’est retirer de la graisse. Le problème, c’est que la balance ne donne pas exactement une mesure de votre graisse.

Ce que mesure la balance c’est l’intégralité de votre masse: la graisse, mais aussi les os, les muscles, l’eau, etc. et pas seulement la graisse. La moindre variation de l’un de ses éléments entraîne une variation globale du poids.

  • Après un sauna ou une longue sortie de course à pied, on peut avoir perdu du poids, mais c’est l’hydratation de votre corps qui a principalement changé, pas le taux de graisse.
  • Si vous faîtes beaucoup de sport, vous allez développer votre masse musculaire, ce qui peut influencer votre poids à la hausse.

C’est pour cela qu’il est nécessaire de prendre un peu de recul par rapport au chiffre de la balance le matin:

  1. Complétez par d’autres moyens de mesure (impédencemètre, photos, mesure du tour de taille)
  2. Soyez conscient que la quantité de graisse que l’on peut perdre par jour est très limitée. Rappelez-vous qu’un gramme de graisse, c’est 9 calories. Il faut un déficit de près de 10 000 calories pour perdre 1kg de graisse. Une quantité qui ne peut pas se perdre en un jour. Si votre variation journalière dépasse quelques centaines de grammes, c’est plutôt une variation de votre hydratation.

Ne pas saisir que la balance capture bien plus que la seule masse graisseuse peut entraîner des comportements contre-productifs:

  • Un sentiment d’échec lorsque l’indicateur de la balance ne descend pas (alors que pourtant, on est dans la bonne voie avec un corps qui se transforme, une perte au niveau du tour de taille.
  • Un sentiment de ne plus rien comprendre, lorsque l’on essaye de faire le lien entre les variations journalières et le comportement de la veille (je ne comprend pas, je n’ai fait aucun écart hier et pourtant j’ai repris 500g). Il y a alors le risque d’abandonner et de ne pas voir ses efforts récompenser.
  • Faire tout pour abaisser le chiffre de la balance peut entraîner un comportement dangereux: chercher à se déshydrater, manger moins de protéines pour ne pas prendre de masse musculaire, se sous alimenter pour avoir un plus gros déficit calorique, etc.

La balance est un outil pratique et utile, mais sachez l’utiliser avec discernement!

 

 

 

Publié dans Uncategorized | 14 commentaires